Le SNMPMI appelle à préserver un système de retraites juste et solidaire
Redoublons de mobilisation en manifestant avec le monde syndical le 23 septembre 2010


Le projet de réforme des retraites prévoit de porter l’âge légal de la retraite à 62 ans, de reculer de 65 à 67 ans l’âge ouvrant droit au taux plein et confirme l’allongement de la durée de cotisation à 41 ans ½ à l’horizon 2020. Ces mesures visent à instaurer des conditions de plus en plus difficiles à remplir pour la plupart des salariés sauf à travailler jusque 67 voire 70 ans : ainsi les professions dont les études sont longues (un médecin commence à exercer plutôt entre 27 et 30 ans) auront beaucoup de mal à remplir la durée entière de cotisation et seront donc passibles d’une décote. Cela se traduira par la baisse des pensions et incitera chacun à se tourner vers une solution complémentaire d’épargne privée, érodant de plus en plus le système de retraites solidaire.

Sans parler de l’injustice que consacre le passage à 62 ans pour les personnes ayant cotisé tôt et réalisé une carrière longue dès 60 ans, ni celle faite aux personnes de plus de 57 ans mises au chômage (plus de 50% des salariés) et qui présenteront deux années supplémentaires sans cotisations. Quant aux personnes ayant des carrières incomplètes, en particulier les femmes, elles seront aussi les grandes victimes de la réforme.

De nombreux acteurs syndicaux et associatifs, des économistes soulignent au contraire que des solutions de financement existent pour assurer des réformes justes et solidaires pour le régime des retraites : élargissement de l’assiette des cotisations sociales, développement de l’emploi public et lutte contre le chômage des jeunes en particulier, etc.

Sur la base de ces constats, le SNMPMI se joint à l’ensemble des forces du mouvement syndical qui refusent le projet de réforme des retraites et se battent pour préserver un régime de retraites solidaire pour tous-tes, avec notamment :
- le droit à la retraite à taux plein à 60 ans,
- un taux de remplacement de 75% minimum,
- 40 annuités maximum pour tous, public et privé.
Par ailleurs le SNMPMI rappelle les revendications qui concernent les médecins territoriaux, comme d’autres corps de fonctionnaires, à savoir :
- le rachat, dans des conditions financières acceptables, des années d’études et celui des années effectuées comme non titulaire (y compris à temps partiel),
- l’intégration de la totalité des primes dans le traitement de référence pour le calcul de la retraite et l’obligation pour les employeurs territoriaux d’attribuer à tous le régime indemnitaire de référence.

Après le succès du 7 septembre, le SNMPMI appelle à redoubler de mobilisation dans les manifestations intersyndicales du 23 septembre 2010 partout en France.